Skip to content

Bruno Lallement, à votre avis ?

by accomplissement on mars 8th, 2011

Bruno Lallemand

Interview avec Bruno Lallement

MC : Bruno Lallement, à votre avis, qu’est-ce qui explique ce goût pour le développement personnel, la méditation, la spiritualité, est-ce une simple mode, ou un véritable intérêt ?

Bruno Lallement : A mon avis, il ne s’agit pas du tout d’un phénomène de mode, mais d’une sincère motivation. L’humanité est en train de prendre un virage important. A l’heure actuelle, beaucoup de gens se posent des questions sur le sens de la vie. Jusque-là nous avancions sans trop nous en poser ,à part quelques rares personnes, peu d’entre nous s’intéressaient à la spiritualité parce que rien au fond ne venait ébranler nos certitudes.

La vie était presque toute tracée, avoir un bon métier, suffisamment d’argent pour vivre, rencontrer quelqu’un pour fonder une famille. Mais, à l’aire de l’information, tous ces repères éclatent les uns après les autres. Un couple sur trois 3 divorce, sans parler de ceux qui restent ensemble sans trop savoir pourquoi, nos carrières sont constamment remises en question et surtout nous réalisons que tout ce que nous pouvons posséder est vain à nous apporter le bonheur, qu’il s’agit là d’un moyen certes utile mais qui ne comble pas tous les besoins.

La recherche d’une spiritualité est avant tout une quête de réponse, nous ne voulons plus vivre comme des robots mais donner sens à nos actes, à nos vies. C’est fondamental pour avancer sereinement.

Il y a un autre aspect, c’est que nous n’avons jamais autant réalisé, entre autre à cause des problèmes écologiques causés par nos comportement passés, que nos choix et nos actes ne sont pas anodins, qu’ils ont une incidence sur le monde dans lequel nous vivons. Nous expérimentons en direct la loi de l’interdépendance.

MC : Mais selon vous, n’y a t-il pas un danger ?

Bruno Lallement : La vie est par nature dangereuse. Vous sortez dans la rue vous pouvez vous faire renverser par une voiture, ou même chez vous, vous pouvez trébucher et vous faire très mal. Tout choix implique une part de risque. Mais à mon avis ce qui est le plus dangereux c’est l’imprudence et la hâte. En spiritualité c’est la même chose. Comme disait un des sages que j’ai côtoyé, « si vous quittez une boite pour en retrouver une autre quel intérêt ? »

La spiritualité ne doit surtout pas être une échappatoire à ses difficultés, bien au contraire, elle doit nous aider à davantage faire face. Parce que la seule façon de se libérer d’un problème est de l’affronter.

Naturellement pour éviter de se perdre, il est toujours bon de se faire guider. Un coach sportif nous fera gagner du temps en nous apprenant les bons gestes, en spiritualité c’est la même chose.

MC : Seulement, vous savez comme moi qu’on ne trouve pas un bon guide sous le sabot d’un cheval. Comment faire pour être sûr de ne pas se laisser berner ?

Bruno Lallement : Dans le bouddhisme on dit que le maitre doit examiner l’élève pendant 3 ans afin de vérifier si élève peut être un bon élève. Mais ils disent aussi que l’élève doit en faire autant pour le maitre, pour vérifier s’il a les qualités pour enseigner.

Il convient en effet d’être attentif, il existe ce que l’on pourrait appeler un scepticisme sain. Bouddha a dit : « Ne croyez jamais ce que je vous dis. Vous ne devez jamais vous contenter de croire, mais vous efforcer de vérifier par vous-même à la lumière de votre propre expérience »

MC : Bruno Lallement : les régimes totalitaires sont en train de s’effondrer, à votre avis est-ce un signe d’un temps nouveau ?

Bruno Lallement : Une étape, c’est certain. Mais c’est dans l’ordre des choses, les individus ont besoin de s’épanouir et pour cela ils ont besoin de liberté et c’est bien connu, plus on se protège, plus on s’enferme. Les peuples de ces pays étouffaient, beaucoup mourraient de faim. C’est comme avec un parent trop autoritaire, tôt ou tard son enfant lui échappe, la tyrannie a fait son temps, elle disparaitra de tous les pays parce que c’est contre nature de vivre ainsi.

Faire preuve d’autorité et l’autoritarisme n’ont rien de commun. La fermeté est essentielle pour canaliser les énergies de l’individu et éviter qu’il ne se disperse, mais trop de contrôle nuit à l’épanouissement de l’être. Guider et imposer ne peuvent cohabiter.

Celui qui possède l’autorité doit posséder aussi l’amour et la compassion, sans ces qualités il s’agit d’un tyran

Suite dans le prochain articleBruno Lallement, à votre avis ?

2 Comments
  1. Hoffmann Gabriella permalink

    En quittant une régime totalitaire avec des années je constate que malgré le changement de régime
    les gens ne sont pas plus heureux ..

    Bruno LALLEMENT à votre avis la spiritiualité n’est pas notre unique chemin vers le bonheur ? quelque soit le système ou nous vivons ,
    la spiritualité …n’est pas l’unique solution de sortir l’humanité de son éternel insatisfaction….
    et l’unique choix pour se libérer de nos chaines invisibles…..?
    .

  2. Gabriella Hoffmann permalink

    La société de consommation exploite les ressources de la planète.
    Les peuples soit disant « primitifs » qui vivent d’une manière plus simple,
    plus rustique que nous,souvent ne sont pas plus malheureux.

    Pensez-vous que l’occident peut-être fier d’être un modèle pour le
    reste du monde ?
    Allons-nous vers l’autodestruction ou vers une mutation ?
    Pensez-vous que grâce à une prise de conscience nous pourrons
    éviter soit une explosion soit une implosion de nos sociétés occidentales?

    Pensez-vous que la spiritualité peut nous faire comprendre
    que nous sommes tous responsables de nos actes ?

Leave a Reply

Note: XHTML is allowed. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS